Tout savoir sur la VHF pour votre bateau !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

Quel que soit le type et la zone de navigation, une VHF est un équipement must-have à bord d’un bateau.

Il s’agit non seulement d’un outil de communication, mais aussi d’un élément important de sécurité maritime.

C’est quoi une VHF bateau ? À quoi sert-elle ? Comment l’utiliser ? Quels sont les principaux canaux VHF à connaître ? Et comment bien choisir sa VHF marine ? Explications dans cet article !

Qu’est-ce qu’une VHF ?

La VHF (Very High Frequency) est un dispositif électronique assurant la communication à travers les ondes radioélectriques de très hautes fréquences (de 30 à 300 MHz).

Alors, quel est l’intérêt d’avoir une VHF à bord de son bateau ?

En effet, en tant que système de communication et de sécurité, la VHF maritime permet d’échanger différentes informations avec un port, une station côtière, ou un autre bateau : 

  • Des alertes en cas de détresse.
  • Des informations relatives à des opérations de sauvetage
  • Des avertissements éventuels concernant le non-respect des règles de navigation ou des dangers liés à la navigation
  • Des alertes, bulletins, ou prévisions météorologiques

Hidden Content

Comment utiliser une VHF ?

De façon générale, l’utilisation d’une VHF marine est simple.

Elle ne pose aucune difficulté particulière. Même pour un néophyte, il suffit de suivre le manuel d’utilisation pour maîtriser les fonctions de base.

Toutefois, il est important de se familiariser avec l’appareil et de le tester avant de l’utiliser en mer.

Pour commencer, appuyez sur le bouton de mise en marche. Choisissez ensuite votre canal de communication.

En fonction des modèles, le choix des canaux VHF se fait en manipulant un bouton rotatif ou de manière digitale.

Pour une utilisation agréable, pensez à bien régler le seuil du squelch.

Cette opération permet de supprimer les bruits de fond et d’améliorer la qualité audio. 

Comme la VHF n’est pas un système de communication double comme le téléphone, vous ne pouvez pas parler et écouter votre interlocuteur en même temps.

Il faut donc appuyer sur le bouton approprié pour parler, et le relâcher lorsque vous avez terminé. 

Les canaux VHF marine à connaître

En principe, il existe plusieurs canaux (ou voies) de communication sur une VHF marine. Le plus important est le canal 16. C’est une fréquence maritime internationale (156,8 MHz) réservée spécifiquement aux alertes de détresse. Utilisez ce canal de sécurité uniquement pour entrer en contact ou demander de l’aide en cas de sinistre à bord du bateau. 

Vous devez aussi connaître les canaux 06, 08, 09, 10, 70, 72, et 77.

Les canaux 70 et 06 sont des voies auxiliaires au canal de sécurité.

Le canal 09 permet d’entrer en contact avec les capitaineries des ports.

Le canal 10 est prévu pour contacter les postes de sémaphores, bien qu’on les contacte souvent sur le 16.

Quant aux canaux 72 et 77, ils assurent les communications entre des bateaux se trouvant dans la même zone de navigation. Quelle VHF marine choisir : fixe ou portative ?

Chaque type de VHF présente des avantages et des inconvénients.

Généralement, les VHF fixes sont plus puissantes (jusqu’à 25 Watts). En outre, elles ont une portée d’exploitation plus longue (jusqu’à 50 miles).

Toutes les VHF marines fixes produites après 2004 sont équipées du système ASN (Appel Sélectif Numérique) ou DSC.

Sur ces appareils, il est possible d’envoyer un message de détresse de manière automatique via le canal 70 en appuyant sur le bouton ASN.

Ce message inclut les informations suivantes :

  • L’identifiant du bateau (MMSI, un numéro unique de 9 chiffres attribué par l’Agence Nationale des Fréquences ANFR).
  • L’emplacement du bateau (coordonnées GPS).
  • Et éventuellement, la nature du problème si l’appareil a été pré-configuré à cet effet.  

Les VHF portables sont moins puissantes (5 à 6 Watts en général). Leur portée est également réduite (9 miles).

Toutefois, elles présentent des avantages incontournables. D’abord, une VHF portable est compacte, étanche, et peu encombrante.

Vous pouvez donc l’utiliser n’importe où à bord de votre bateau. De plus, elle ne requiert pas des accessoires d’installation comme c’est le cas pour une VHF fixe (antenne, haut-parleurs, GPS, kit d’installation, etc.). 

Quel que soit le type ou le modèle, les VHF fixes sont soumises à une réglementation stricte. Elles assurent donc toutes les fonctions de base. Pour bien choisir une VHF fixe, privilégiez un modèle avec des fonctions avancées notamment la possibilité de pouvoir communiquer en réseau.

Les modèles premium offrent une bonne qualité d’émission/réception et sont dotés d’une sortie AIS.

Pour une VHF portative, optez pour un modèle offrant une bonne autonomie et un indice d’étanchéité IPX4 ou IPX8.

Certains modèles de VHF portables sont non seulement étanches mais aussi flottables.

Cette fonction permet d’éviter l’immersion de l’appareil dans l’eau et de le retrouver plus facilement. 

Hidden Content

Faut-il avoir un permis ou une autorisation pour pouvoir utiliser une VHF ? 

Cela dépend principalement de deux critères : 

  • Le type de VHF.
  • La zone de navigation.

Dans les eaux intérieures françaises et les eaux nationales maritimes, l’utilisation d’une VHF portable sans ASN n’est soumise à aucune condition.

Par contre, il faut disposer d’un permis de conduire de bateaux de plaisance ou d’un CRR (Certificat Restreint de Radiotéléphoniste) pour pouvoir utiliser légalement une VHF mobile ASN ou une VHF fixe.

Dans les eaux internationales, il faut obligatoirement avoir un CRR, quel que soit le type de la VHF (fixe, portative, avec ou sans ASN). 

Notez aussi qu’une licence est nécessaire pour pouvoir utiliser les fréquences maritimes.

Il s’agit d’une autorisation administrative qui mentionne les coordonnées du demandeur ainsi que les informations relatives au bateau notamment le numéro d’immatriculation, l’identifiant MMSI et les caractéristiques de la VHF embarquée. Cette attestation est gratuite.

utiliser radio VHF

Quelle VHF marine choisir : fixe ou portative ?

Chaque type de VHF présente des avantages et des inconvénients.

Généralement, les VHF fixes sont plus puissantes (jusqu’à 25 Watts). En outre, elles ont une portée d’exploitation plus longue (jusqu’à 50 miles).

Toutes les VHF marines fixes produites après 2004 sont équipées du système ASN (Appel Sélectif Numérique) ou DSC.

Sur ces appareils, il est possible d’envoyer un message de détresse de manière automatique via le canal 70 en appuyant sur le bouton ASN.

Ce message inclut les informations suivantes :

  • L’identifiant du bateau (MMSI, un numéro unique de 9 chiffres attribué par l’Agence Nationale des Fréquences ANFR).
  • L’emplacement du bateau (coordonnées GPS).
  • Et éventuellement, la nature du problème si l’appareil a été pré-configuré à cet effet.  

Les VHF portables sont moins puissantes (5 à 6 Watts en général). Leur portée est également réduite (9 miles).

Toutefois, elles présentent des avantages incontournables. D’abord, une VHF portable est compacte, étanche, et peu encombrante.

Vous pouvez donc l’utiliser n’importe où à bord de votre bateau. De plus, elle ne requiert pas des accessoires d’installation comme c’est le cas pour une VHF fixe (antenne, haut-parleurs, GPS, kit d’installation, etc.). 

Quel que soit le type ou le modèle, les VHF fixes sont soumises à une réglementation stricte. Elles assurent donc toutes les fonctions de base. Pour bien choisir une VHF fixe, privilégiez un modèle avec des fonctions avancées notamment la possibilité de pouvoir communiquer en réseau.

Les modèles premium offrent une bonne qualité d’émission/réception et sont dotés d’une sortie AIS.

Pour une VHF portative, optez pour un modèle offrant une bonne autonomie et un indice d’étanchéité IPX4 ou IPX8.

Certains modèles de VHF portables sont non seulement étanches mais aussi flottables.

Cette fonction permet d’éviter l’immersion de l’appareil dans l’eau et de le retrouver plus facilement. 

Faut-il avoir un permis ou une autorisation pour pouvoir utiliser une VHF ? 

Cela dépend principalement de deux critères : 

  • Le type de VHF.
  • La zone de navigation.

Dans les eaux intérieures françaises et les eaux nationales maritimes, l’utilisation d’une VHF portable sans ASN n’est soumise à aucune condition.

Par contre, il faut disposer d’un permis de conduire de bateaux de plaisance ou d’un CRR (Certificat Restreint de Radiotéléphoniste) pour pouvoir utiliser légalement une VHF mobile ASN ou une VHF fixe.

Dans les eaux internationales, il faut obligatoirement avoir un CRR, quel que soit le type de la VHF (fixe, portative, avec ou sans ASN). 

Notez aussi qu’une licence est nécessaire pour pouvoir utiliser les fréquences maritimes.

Il s’agit d’une autorisation administrative qui mentionne les coordonnées du demandeur ainsi que les informations relatives au bateau notamment le numéro d’immatriculation, l’identifiant MMSI et les caractéristiques de la VHF embarquée. Cette attestation est gratuite.

Cette article est le n°48 de mon défi Mon défi : 52 semaines pour 52 trucs et astuces de pro

Hidden Content

 


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
  •  
  • 1
  • 1