Carénage de bateau, conseils pratiques pour le faire soi même

carenage bateau soi meme
Partager l'article

Le carénage est un ensemble d’opérations d’entretien et de maintenance permettant de redonner à la carène (partie immergée de la coque) son aspect original propre et lisse. Il comprend généralement le nettoyage de la coque, l’élimination des organismes marins accrochés sur la carène, et l’application d’une peinture antifouling sur toute la surface située sous la ligne de flottaison.

Le carénage contribue non seulement à améliorer l’aspect esthétique de la carène, mais également à optimiser les performances du bateau et à faire des économies de carburant. C’est également une occasion pour inspecter l’ensemble des œuvres vives, de changer les anodes en zinc et procéder éventuellement à des travaux de réparation (rénovation du gelcoat, changement de la bague hydrolube, réparation de l’arbre ou de l’hélice…Etc.).

La plupart des plaisanciers effectuent le carénage entre avril et juin mais je conseille de le faire en dehors de ces périodes pour avoir plus de temps, plus de disponibilité et pour avoir des tarifs de manutentions moins chers. Faire le carénage de son bateau tous les ans est une pratique conseillée.

Voyons donc les étapes à suivre pour caréner son bateau soi-même.

Ce qu’il faut savoir avant de faire le carénage de son bateau

Le carénage libère des substances toxiques dans l’air et dans l’eau. Il est quasiment la première source de pollution dans les ports. Comme toutes les opérations générant des déchets toxiques, il est encadré par la loi (Code des ports maritime, Code de l’Environnement, Code général de la propriété des personnes publiques, règlements sanitaires départementaux…Etc.).

Avant de procéder au carénage de votre bateau, assurez-vous de bien respecter la législation en vigueur. Le carénage sauvage qui s’effectue sur une cale ou à marée basse (même avec une bâche déposée sou le bateau) est strictement interdit, car il fait reverser des substances toxiques dans le milieu naturel.

Le carénage doit se faire obligatoirement dans une zone de carénage dotée de tous les équipements nécessaires pour récupérer et isoler les déchets nocifs à la santé et à l’environnement. Le non-respect de la réglementation concernant le carénage des bateaux en France peut être sanctionné par une amende de 5e classe pouvant aller jusqu’à 1500 €.

Matériel nécessaire pour le carénage d’un bateau :

  • La quantité nécessaire de la peinture antifouling pour la carène.
  • La quantité nécessaire de la peinture antifouling pour l’hélice et l’arbre.
  • La quantité nécessaire du primaire.
  • La quantité nécessaire du diluant.
  • Mastic epoxy

  • Acétone

Préparez la carène

carenage de son bateauUne fois le bateau bien positionné dans la zone de carénage, utilisez le nettoyeur à haute pression pour enlever les saletés sur la coque.

Profitez-en pour nettoyer la coque avec un savon déjaunissant spécial coque et une brosse souple.

Après le nettoyage, il convient de vérifier l’état de tous les éléments montés sur la coque : vannes, passe-coques, ligne d’arbre, chaise, presse-étoupe, bague hydrolube, quille, hélice, safran…Etc.

Vérifiez également l’état du gelcoat. Au besoin, procédez aux réparation nécessaires.

Masquez les zones qui ne seront pas peintes, délimitez la zone de travail avec un ruban adhésif de masquage.

Nettoyez également l’hélice et l’arbre de transmission, car ils doivent également être traités par un antifouling adapté. Pour cela, utilisez un pulvérisateur avec le produit décapant anti-concrétions écologique. (ou de l'acide chlorhydrique si vous n'avez rien d'autre) Laissez agir pendant 10 minutes, puis commencez à gratter. Une fois les concrétions enlevées, rincez abondamment les parties traitées.  Laissez sécher pendant quelques heures puis procédez au ponçage.

Le ponçage de la carène est nécessaire si vous voulez faciliter l'accroche de la peinture ou si vous voulez diminuer l'épaisseur des anciennes couches d'antifouling mais ce n'est pas obligatoire. Utilisez la ponceuse et un disque abrasif 240 pour poncer la carène de manière uniforme sans trop insister afin d’éviter de revenir au gelcoat. Poncez également la quille si vous avez un voilier pour qu’elle soit parfaitement propre et lisse. Dans tout les cas, vous pouvez poncer l'hélice pour la remettre à neuf avant de repartir sur un cycle de peinture spécial hélice.

Après le ponçage, rincez à nouveau la carène afin d’enlever les poussières résultant de l’opération.

CONSEIL

Pour eviter de devoir poncer la carène à chaque fois, utilisez un antifouling érodable

Appliquez le primaire

Pour commencer, bouchez toutes les fissures et les impacts sur la coque et la quille avec un mastic epoxy comme le watertite par exemple. Poncez ces réparations au 240 avant l'application du primaire.

L'application d'un primaire est justifiée si le bateau est neuf ou la carène remise à nu ou si vous ne connaissez pas l'antifouling précédent et que vous avez un doute sur sa compatibilité avec le nouveau.

A noter que le primaire doit être parfaitement adapté au support (matériau composant la coque).

Mélangez bien le primaire dans un bac à peinture à l’aide de la perceuse et du malaxeur. Appliquez une première couche de primaire tout en croisant avec le pinceau afin de bien répartir la peinture sur la surface de la carène. Laissez sécher pendant au moins 4 heures, puis appliquez une deuxième couche de primaire. Bien réalisée, l’application du primaire sur le gelcoat permettra une accroche parfaite de la peinture antisalissure.

Quel type d'antifouling?

La peinture antifouling est une peinture anti-salissures qui protège la coque contre la colonisation d’organismes marins comme les algues et les coquillages. Il existe généralement 4 catégories principales de peintures antifouling :

  • Les peintures à matrice dure.
  • Les peintures à matrice érodable.
  • Les peintures à matrice mixte.
  • Les peintures anti-adhérentes.

Vous trouverez plus de détails dans cet article : Notions de base sur l'antifouling

Les peintures à matrice dure

Elles sont plus résistantes, car elles comportent des liants qui ne se dissolvent pas dans l’eau. Elles libèrent régulièrement des produits chimiques (biocides) ayant la capacité de détruire les organismes vivants notamment les algues et les microorganismes. Lorsque la quantité des biocides contenus dans la peinture est complétement libérée dans l’eau, la peinture perd de sa capacité protectrice, ce qui facilite l’adhésion des algues et des microorganismes sur la carène.

Les peintures à matrice érodable

Ces peintures contiennent des liants solubles. Elles se dégradent donc progressivement au contact de l’eau, ce qui permet d’éliminer les microorganismes accrochés sur la surface de la carène. Ces peintures sont généralement déconseillées pour des bateaux qui naviguent peu de temps notamment ceux qui sont amarrés pour une longue durée dans des eaux soumises à des courants forts.

Les peintures à matrice mixte

Ce sont des produits intermédiaires qui combinent les caractéristiques des peintures à matrice dure et celles des peintures à matrice érodable.

Les peintures anti-adhérentes

Il s'agit notamment les peintures siliconées représentent une solution à la fois pratique et écologique permettant de protéger la carène d’un bateau tout en évitant la libération de biocides dans l’eau. Composées principalement d’hydrogel et de silicone, elles donnent un aspect lisse à la surface de la carène et empêchent donc les algues et les microorganismes de s’y adhérer.

Chaque type de peinture antifouling a ses avantages et ses inconvénients. Pour choisir la peinture adaptée, il faut prendre en considération plusieurs facteurs comme le type du bateau, le type d’hivernage (à sec ou à flot), la zone de navigation (maritime ou fluviale, eaux froides ou eaux chaudes) …Etc.

chantier naval antifouling carenage

Quelle quantité de peinture prévoir?

Pour déterminer la quantité de peinture antifouling nécessaire, vous pouvez utiliser la formule suivante :


Calcul de la quantité de peinture

Quantité de peinture = (surface de la carène x nombre de couche) / (pouvoir couvrant x 0.8)

Le pouvoir couvrant est un indice mentionné généralement sur l’emballage de la peinture. La surface de la carène se calcule de la manière suivante :

Calcul de la Surface de la carene

  • Bateau à moteur : longueur de flottaison x (maître-bau + tirant d'eau) x 0,85.
  • Voilier avec quille profonde : longueur de flottaison x (maître-bau + tirant d'eau) x 0,5.
  • Voilier avec quille longue : longueur de flottaison x (maître bau + tirant d'eau) x 0,75.

  • Application de l'antifouling

    La carène doit être complètement sèche avant d’appliquer l’antifouling. La peinture doit être fluide et bien homogène. Au besoin, utilisez un diluant adapté, mais évitez surtout l’acétone et le white spirit, car ils impactent les caractéristiques protectrices des biocides.

    Etalez l’antifouling avec le rouleau de la même manière que pour le primaire afin de couvrir toute la surface de la carène. Finissez toujours dans le sens d’écoulement de l’eau afin de favoriser la glisse. Pour les zones difficiles, utilisez un pinceau. Laissez sécher pendant une journée complète, puis appliquez une deuxième couche.

    Traitez également l’hélice et l’arbre avec un antifouling adapté comme le Velox par exemple, tout en veillant à masquer l’emplacement prévu pour l’anode. Les antifouling à base de thiocyanate de cuivre semblent donner de bons résultats sur les éléments en aluminium et réduisent les risques de corrosion galvanique.  Une fois l’opération terminée, enlevez l’adhésif de masquage sur la carène et l’arbre, et montez les nouvelles anodes.

    Remettez le bateau à l’eau

    carénage antifouling

    Avant de remettre le bateau à l’eau, il est indispensable de bien laisser sécher l’antifouling afin de garantir son adhérence sur la carène et sa longévité dans le temps. Il faut également revérifier l’état des vannes, presse-étoupes, et presse-coques. Comme pour la sortie de l’eau, il faut faire attention pour remettre le bateau à l’eau et prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter d’endommager les éléments sensibles.

    Conseils pratiques pour réussir le carénage de son bateau

    • Réglez toujours la pression du nettoyeur haute pression de manière à garantir un nettoyage efficace tout en évitant d’endommager le gelcoat.
    • Veillez à positionner le ruban de masquage le plus exactement possible sur la ligne de flottaison afin d’éviter des dégradés sur cet endroit très sensible.
    • N’hésitez pas à ajouter une troisième couche d’antifouling sur les zones les plus exposées aux salissures notamment la ligne de flottaison (sur 40 à 50 cm), la voile de quille, l’étrave, et la pelle de safran.
    • Si vous utilisez une peinture à matrice érodable, pensez à utiliser des couleurs différentes pour différencier les couches. Cela vous permet d’évaluer avec précision l’état de dégradation de l’antifouling.
    • Pour éviter la dégradation prématurée de l’antifouling, pensez à stocker votre bateau dans un espace aménagé sur terre lorsqu’il n’est pas utilisé.

    Cette article est le n°24 de mon défi Mon défi : 52 semaines pour 52 trucs et astuces de pro

     


    Partager l'article
    •  
      121
      Partages
    •  
    • 2
    • 101
    • 18