Quel équipement électronique avoir à bord pour un tour du monde?

électronique pour un tour du monde
Partager l'article

Si la carte papier traditionnelle a été, et reste encore, un support incontournable pour la navigation maritime, le système électronique pour un tour du monde s’impose depuis plusieurs années avec différents outils performants permettant d’analyser et de traiter les informations maritimes, que ce soit à bord ou à terre.

D’ailleurs, ces systèmes de navigation s’avèrent indispensables si vous envisagez de faire une croisière au tour du monde en voilier ! Voyons donc comment choisir l’électronique de bord pour une navigation au long cours.

 

Les équipements de base pour naviguer en sécurité

Un système de navigation de base doit assurer au moins deux fonctions principales : afficher la position du voilier en permanence et fournir les informations nécessaires à la navigation (vitesse du voilier, conditions météorologiques, profondeur de l’eau…Etc.). L’équipement de base comprend généralement les dispositifs suivants :

système de navigation électronique RaymarineUn système GPS

Le GPS est un appareil de navigation indispensable. Il indique en temps réel la position du bateau et permet donc de naviguer en toute sécurité. De manière générale, il faut avoir au moins deux appareils GPS : un appareil principal et un appareil de secours.

Pour l’appareil principal, utilisez un GPS traceur permettant d’afficher la position et la route du voilier sur la carte. Pour l’appareil de secours, optez pour un GPS mobile ou une application de géolocalisation sur smartphone ou tablette. Vous avez l’embarras de choix en matière de marques : Voici les principales : RaymarineGarmin, Simrad, Furuno, B&G…Etc.

Transpondeur AISUn transpondeur AIS

L’AIS (Automatic Identification System) ou SIA (Système d’Identification Automatique) est un système de communication qui fonctionne sur la bande VHF maritime. Il permet d’échanger certaines informations de navigation avec d’autres bateaux équipés du même système et avec les centres de gestion du traffic maritime. Les bateaux équipés d’un transpondeur AIS émettent et reçoivent des informations de navigation comme le nom du bateau, sa position, sa vitesse, son cap, et son état de navigation.

Un système météo

Sur un bateau, il est toujours nécessaire de bien connaitre les conditions météorologiques. Pour un tour du monde en voilier, il faut impérativement avoir au minimum un baromètre pour mesurer la pression atmosphérique et un poste pour recevoir des bulletins météorologiques (un récepteur VHF par exemple, un téléphone satellite, ou un dispositif connecté à Internet).

Il convient d’utiliser un système de navigation électronique qui prend en charge la lecture des fichiers météo Grib. Sinon, vous pouvez utiliser des logiciels de visualisation de fichiers Grib comme le programme zyGrib (open source), Predictwind, XyGrib, ou encore LuckGrib.

Un système de cartographie électronique

Les systèmes de cartographie électronique pour un tour du monde sont devenus indispensables sur un bateau. Contrairement à ce que l’on pourrait parfois penser, ils ne sont pas obtenus par le scannage des cartes papier, mais ils disposent de bases de données importantes qui sont structurées sous forme vectorielle. Les systèmes de cartographie électronique aident non seulement le navigateur à déterminer la position de son navire en temps réel (de jour comme de nuit), mais également à choisir la route optimale, à détecter les obstacles, et à éviter les zones dangereuses.

 

Vérifiez la qualité des cartes graphiques

Le système de navigation doit afficher des cartes maritimes d’une grande précision tout en positionnant le voilier dessus. L’affichage de base comprend généralement des cartes en mode « raster » ou « image » et des cartes en mode « vecteur ».

Le mode « raster » permet d’automatiser les mises à jour et d’actualiser automatiquement la position du voilier. Cela dit, il ne permet pas d’accéder aux informations géo-référencées et ne peut donc pas détecter une situation dangereuse par exemple.

En revanche, le mode « vecteur » utilise des bases de données pertinentes permettant d’accéder facilement à des informations détaillées sur les objets représentés sur les cartes. Ce qui aide le navigateur à choisir la route la plus sûre et à détecter en temps réel des obstacles qu’il n’aurait pas pu déceler avec les systèmes traditionnels.

Lors d’un tour du monde en voilier, le confort et la sécurité de navigation sont toujours privilégié à la rapidité. Il faut donc choisir un système qui propose plusieurs routages classés selon le niveau de confort.

De cette manière, vous pourrez éviter des zones de navigation où la mer sera fortement agitée.

 

électronique pour un tour du monde : Optez pour un système flexible et polyvalent

Les systèmes électroniques multifonctions avec cartographie intégrée sont un choix optimal et permettent de bénéficier d’une excellente aide à la navigation.

Le système Série eS de Raymarine par exemple prend en charge les cartes Jeppesen (format C-MAP et C-MAP 4D MAX+), ainsi que les Navionics et Navionics Plus.

Il est aussi compatible pour l’installation d’autres équipements de navigation notamment un récepteur GPS externe, un module anti-collision AIS, un radar, un sonar, ou encore un système de vision nocturne.

De plus, il offre la possibilité de partager les informations de navigation sur plusieurs écrans via un réseau interne ou une connexion Wi-Fi.

Si un tel appareil est à la fois pratique et polyvalent, il représente tout de même un investissement important et peut devenir obsolète avec le temps en raison de l’apparition de nouveaux dispositifs de navigation plus développés.

Idéalement, vous pouvez opter pour une alternative plus économique offrant toutes les fonctionnalités nécessaires pour réussir votre tour du monde en voilier.

Par exemple, le logiciel de navigation Octopus, développé par l’éditeur français Adrena, est à la fois efficace et économique. Il peut être installé facilement sur un simple ordinateur, un smartphone, ou une tablette.

Octopus affiche des cartes graphiques d’une haute résolution en mode raster (SnMap, BSB) et en mode vectoriel (CMap MAX).

Il offre également de nombreuses fonctionnalités : un système GPS, un module graphique d’aide au mouillage, une interface météo NOAA utilisant des fichiers GRIB, un outil de recherche de ports et de création automatique de Waypoints sur les cartes, un journal de bord, un outil de calcul du routage optimal, un système AIS, un système d’alerte MOB…Etc.

électronique pour un tour du monde
Sonar

D’autres logiciels de navigation payants comme MaxSea, ScanNav, Navionics, SeaClear, ou encore StarNavPilot, offrent plus ou moins les mêmes fonctionnalités.

Il existe également un logiciel de navigation Open Source gratuit baptisé OpenCPN qui regroupe toutes les fonctions de base et qui peut être installé sur Windows, Linux, et Mac.

L’avantage majeur des logiciels de navigation est la possibilité de bénéficier de nouvelles fonctionnalités modernes et innovantes par simples mises à jour.

Privilégiez un système incluant un sonar

Avant de choisir un système de navigation électronique, demandez-vous si l’appareil est équipé d’un sonar, ou s’il peut être adapté pour fonctionner avec un sonar ? Quasiment tous les nouveaux systèmes électroniques de navigation sont dotés de la fonction sonar. Ils peuvent même être synchronisés avec une tablette ou un smartphone via une connexion Wi-Fi.

N’oubliez pas le pilote automatique !

Le pilote automatique est un équipement indispensable pour assurer la sécurité de la navigation électronique pour un tour du monde en voilier. Muni d’un capteur d’angle et d’un mécanisme de guidage, il est installé en complément du dispositif de pilotage manuel. (safran, compas, barre à roue) Et permet d’effectuer automatiquement le suivi d’un cap fixé au préalable.

Il existe généralement deux catégories principales de pilotes automatiques : les régulateurs d’allure et les pilotes électroniques.

Des pilotes automatiques intégrés comme le Simrad TP22 ou le Simrad TP32 conviennent à la plupart des voiliers de taille moyenne dotés d’un système de barre franche.

Les nouveaux appareils sont équipés d’un système de navigation asservie à une cartographie GPS. Ils peuvent communiquer avec les pilotes automatiques et les instruments de navigation d’autres bateaux (le réseau SimNet de Simrad par exemple).

Le régulateur d’allure quand à lui, cumule l’avantage de ne pas être tributaire d’une source d’énergie, d’être robuste, facile d’entretien ou à réparer.

Conclusion

Pour conclure, il est judicieux d’éviter autant que possible les systèmes de navigation électronique fixes qui offrent un nombre limité de fonctionnalités et de formats de cartes marines.

D’une part, il s’agit souvent d’appareils coûteux. D’autre part, ces systèmes deviennent obsolètes avec l’apparition de nouvelles technologies d’électronique pour un tour du monde.

Les solutions logicielles polyvalentes offrant la possibilité d’intégrer ou de fonctionner avec d’autres équipements électroniques disposent de toutes les fonctionnalités nécessaires pour assurer une navigation confortable et sécurisée. De plus, ils peuvent être améliorés par simples mises à jour.

Idéalement, il faut disposer de plusieurs systèmes et appareils alternatifs. Simplement pour éviter les problèmes de navigation en cas de panne du système principal. De plus, il ne faut jamais oublier les outils de navigation classiques !

Cette article est le n°20 de mon défi Mon défi : 52 semaines pour 52 trucs et astuces de pro


Partager l'article
  •  
    10
    Partages
  •  
  • 2
  • 6
  • 2
  • Si vous avez un projet de tour du monde quel équipement souhaiteriez vous avoir à bord?